Le deuxième ligne Thibault Lassalle est revenu sur la déception qui a découlé après la défaite face à Rouen. Revanchards les Oyomen se présenteront de nouveau à Mathon ce dimanche pour relever la tête et montrer leur vrai visage. 

La déception est forcément grande après cette première défaite à la maison, comment l’avez-vous analysé et expliqué ? 

Nous avons manqué d’engagement, d’humilité, nous sommes dans une période difficile, nous avons pas mal de pression de l’extérieur et autour du club. Tout cela fait que nous avons un peu perdu les pédales vendredi dernier, c’est à nous de relever la tête le plus vite possible.   

Il y a en première mi-temps six pénaltouches qui n’aboutissent pas, c’est un manque de réussite qu’on ne vous connaissait pas à domicile 

Il faut se dire que cela peut arriver, même si nous travaillons tous les jours pour ne pas connaître ce genre d’échecs. Nous n’avons peut-être pas pris le match par le bon bout en voulant tout de suite aller en touche, nous aurions peut-être dû prendre les points, maintenant c’est fait. Nous ne tournons qu’à 13-3 à la mi-temps alors que le score aurait pu être bien plus lourd. Dans des matchs qui peuvent devenir pièges, si nous ne prenons pas le score, nous donnons confiance à l’équipe en face. Rouen était bien en place et n’a rien lâché, les rouennais ont su voir nos failles, nos faiblesses et les utiliser. Ca donne un match où tout peut se passer et c’est ce qui est arrivé, nous n’avons pas trouvé les ressources pour l’emporter. 

La configuration du bloc fait que vous enchaînez deux réceptions d’affilée, est-ce que c’est une bonne chose de pouvoir rejouer à Mathon tout de suite ? 

Oui car nous nous devons une revanche, nous ne passons pas une bonne semaine, c’est le moins que l’on puisse dire, nous n’avons pas passé un bon week-end non plus. Nous savons que nous serons attendus par le public de Mathon qui est déçu de nous. Des fois ils nous le font ressentir, pas de la meilleure des manières mais c’est comme cela. C’est le top de pouvoir rejouer tout de suite parce que nous n’avons pas à nous apitoyer sur notre sort très longtemps.    

Dans quel état d’esprit êtes-vous avant de recevoir Béziers ? 

Nous sommes revanchards, nous voulons montrer une autre image de nous, il ne faut pas être fébrile et relever la tête. C’est un moment charnière de la saison, rien n’est perdu, au contraire. Il faut relever la tête et montrer notre vrai visage. 

Vous recevez Béziers qui après trois défaites en début d’année vient d’enchaîner deux succès étriqués, que penses-tu de cette équipe ? 

Nous les connaissons par cœur, c’est une équipe habituée à la Pro D2 avec des joueurs de caractère, de qualité. Ils doivent se dire que c’est le bon moment de nous prendre, nous avons montré une fragilité, il faut tout de suite refermer la porte sinon ça peut devenir compliqué. C’est un très beau test face à une belle équipe. 

Quelles seront les clés de cette rencontre ?

Comme toujours dans des matchs comme ceux-là, d’autant plus après une telle claque. Il va falloir être fort en conquête, que les joueurs expérimentés montrent l’exemple et que l’on fasse simplement ce que l’on travaille la semaine, ce qu’on n’a pas fait le week-end dernier. Nous travaillons très bien, dur et il faut le montrer sur le terrain.