Le centre Maxime Veau est revenu sur la satisfaction des biterrois après la victoire dans le derby, la série de victoires en cours et son impatience avant son retour à Mathon vendredi soir. 

Vous avez remporté le derby mais les carcassonnais ne vous ont pas facilité la tâche. Malgré une infériorité numérique pendant toute la deuxième période ils ont fait jeu égal  

On savait très bien que c’était une grosse équipe, j’ai joué la deuxième mi-temps mais je n’ai pas trop ressenti qu’ils étaient à 14. Le temps se prêtait au jeu donc ça a beaucoup joué des deux côtés. C’était une grosse partie et on a été un peu chanceux sur la fin de le remporter mais c’était le plus important avant le gros match de ce week-end. On est quand même content de l’avoir gagné. 

C’était important de l’emporter après la déconvenue du match aller ? 

Je n’ai pas participé au match aller parce que j’étais suspendu, je n’étais pas sur le terrain donc je ne sais pas trop ce qu’il s’est passé. Le score était très lourd, on avait pris une sacrée déculottée là-bas. On ne raisonnait pas par rapport aux matchs précédents, vendredi c’était un match à domicile, on sait que si on souhaite se qualifier il ne faut perdre aucun match à la maison. Il fallait surtout bien commencer 2019 avec une victoire à la Méditerranée. 

Au-delà de la victoire dans le derby c’est une sixième victoire consécutive, une impressionnante série débutée mi-novembre, quel a été le déclic ? 

La première victoire à l’extérieur à Biarritz nous a vraiment fait du bien à la tête, après on enchaîne avec une victoire à domicile contre Nevers qui est une très grosse équipe, pour ensuite gagner à Montauban juste avant les vacances. Juste avant de l’emporter à Biarritz, les biarrots venaient de gagner à Oyo, on a fait une grosse partie là-bas et le déclic vient de là. Après ces six victoires c’est juste une statistique, le plus important c’est de continuer à faire des gros matchs, continuer à être appliqué parce que si on ne l’est pas ce week-end on risque de prendre une belle valise. 

Ces derniers matchs vous ont aussi fait basculer du bon côté lors de vos matchs à l’extérieur avec vos deux premières victoires, c’était un des points noirs du début de saison 

Oui avant ces victoires je crois que l’on n’avait pris que deux bonus défensifs à l’extérieur. On n’arrivait pas à imposer notre jeu, en défense on était catastrophiques, on prenait entre 15 et 20 pénalités par match. A l’extérieur c’est très compliqué de gagner quand on n’est pas discipliné. Cette victoire à Biarritz nous a libéré, j’espère que ça va continuer même si je sais que ce week-end on se déplace chez un gros morceau mais ça reste un match de rugby. 

Vous vous rendez à Oyonnax vendredi affronter un concurrent aux phases finales, avec on l’imagine des ambitions, quels seront les points clés de cette rencontre ? 

Je ne sais pas il faut que j’en parle avec mes potes d’Oyo mais il me semble que la neige est présente là-bas donc ça va être compliqué d’envoyer du jeu même si c’est un terrain synthétique. Comme tous les matchs à l’extérieur il faudra être appliqué en défense et discipliné sinon je pense que l’on va ramasser. 

Lors du match aller vous aviez subi en première mi-temps avant de dominer la seconde période et de l’emporter sans concéder de points en 2ème mi-temps à quel type de match est-ce que tu t’attends vendredi ? 

Ça va être un match serré, équilibré avec deux équipes qui cherchent la qualification. Je pense que l’on ne joue pas trop dans la même catégorie, Oyo est une équipe qui descend du Top 14 donc je suis quasiment sûr qu’ils vont se qualifier. Nous je l’espère aussi, ça passe par de gros matchs à l’extérieur contre une grosse équipe d’Oyo. Il faut que l’on reste appliqué et déterminé et je pense que l’on réussira un beau match.

D’un point de vue personnel comment s’est passée ta première partie de saison ? 

La première partie de saison a été très compliquée pour moi. J’ai enchaîné les trois premiers matchs après j’ai pris ce rouge et j’ai été suspendu pendant sept rencontres ça fait plus de deux mois et demi. Ensuite quand je suis revenu je me suis fait une petite déchirure à la mise en place du match que je devais jouer à Aix, j’en ai repris pour un mois. La phase aller a été très compliquée, mais je suis revenu, je suis content, on a gagné des matchs et j’espère que l’on va faire un gros match à Oyo parce que c’est un match qui me tient à cœur contre mes amis.

Est-ce que tu es impatient de revenir à Mathon ? 

Oui je suis très impatient d’être là-bas, d’être au match, ce sera un match engagé mais avec du respect. J’espère évidemment que l’on va l’emporter même si je sais que ça va être compliqué.