Dans une rencontre capitale pour la lutte pour le maintien les Oyomen ont fait le travail et enchaînent une deuxième victoire consécutive. En deux semaines les Rouge & Noir ont refait une partie de leur retard et reviennent à quatre points du 13ème.

Dans une rencontre tendue, ce sont les buteurs qui ont joué les premiers rôles en début de partie. Botica par trois fois (5’, 10’, 15’ 9-3) permettait aux Oyomen de prendre l’avantage au tableau d’affiche.

Les parisiens utilisaient leur point fort de la partie pour se lancer, après une mêlée en leur faveur dans le camp oyonnaxien, ils inscrivaient le premier essai en force par l’intermédiaire d’Alberts (18’ 9-8), Plisson transformait (19’ 9-10). La seule et unique fois où les parisiens allaient prendre le score dans cette partie.

La réaction oyonnaxienne avait lieu quelques minutes plus tard, sur une touche parisienne le ballon était récupéré. Seuteni prenait le trou et était repris dans les 22m parisiens, après plusieurs phases de jeu c’est finalement MacDonald qui allongeait la passe pour Ikpefan qui aplatissait en coin (26’ 14-10), la transformation en coin de Botica ne passait pas.

Les Oyomen bénéficiaient d’une action d’essai mais Codjo était repris de façon illicite par Plisson, l’ouvreur parisien écopait d’un carton jaune (32’) et Botica trouvait une pénaltouche à 5m de l’en-but. La prise de balle était parfaite et les Oyomen enclenchaient un ballon porté qui allait à dame, Elliot pouvait lever les bras (33’ 19-10), Botica transformait (34’ 21-10).

Après un nouveau turnover les Oyomen investissaient les 22m parisiens, Botica dans l’intervalle se faufilait à 5m de la ligne, le plaqueur parisien le projetait dans l’en-but il n’avait plus qu’à aplatir (36’ 26-10), il transformait lui-même son essai (37’ 28-10).

Les parisiens bénéficiaient d’une dernière cartouche en fin de première mi-temps, les Oyomen étaient en difficulté sur ce match en mêlée, Mirtskhulava écopait d’un carton jaune (40’). Les parisiens décidaient de jouer la pénalité sur mêlée, l’arbitre allait entre les poteaux pour l’essai de pénalité (40+2’ 28-17).

Au retour des vestiaires les Rouge & Noir mettaient la main sur le ballon. Seuteni sur les 50m accélérait et servait Ikpefan dans l’intervalle, le long de la touche l’ailier inscrivait un doublé (42’ 33-17), la transformation ne passait pas.

Les difficultés des Oyomen en mêlée laissaient les parisiens dans le match. Derrière une mêlée à 5m de la ligne Parisse se lançait, il était arrêté juste devant la ligne, le ballon circulait jusqu’à Arias pour l’essai (52’ 33-22).

Les fautes de main annihilaient de nombreuses offensives des deux côtés, les derniers points de la rencontre étaient finalement inscrits par les parisiens. Sur une pénalité jouée vite c’est O’Connor qui inscrivait le quatrième essai parisien (63’ 33-27).

La fin de match était tendue, les Oyomen avaient des occasions de tuer le match mais ne parvenaient pas à les convertir. Sur une dernière relance les parisiens commettaient un en avant, les Oyomen et le stade Mathon pouvaient exulter.

Phoenix Battye (Deuxième ligne) : « C’est un peu comme la semaine dernière on voulait mettre de l’agressivité. Je ne sais pas trop expliquer notre mêlée il faut que je voie la vidéo et travailler pour la semaine prochaine. Avec le vent ça a compliqué la touche, ça a réduit nos options, on a réussi quelques bonnes touches, on a marqué sur ballon porté ça fait du bien. On peut encore rêver, dans le vestiaire ça fait du bien, cette victoire surtout devant notre public. On le mérite que ce soit les joueurs, le staff, la ville. »

Adrien Buononato (Directeur sportif) : « Il y a du soulagement, on peut se le rendre plus facile ce match, on aurait pu tuer la rencontre plus tôt, le plus important c’était de gagner chez nous devant notre public. On n’est pas frustré pour le point de bonus parce qu’on peut perdre ce match, la maîtrise que l’on avait eu face à Clermont on ne l’a pas retrouvé. On est sur notre ligne de conduite, on veut rester dans le rétro de nos concurrents directs, il faut mettre la pression tous les week-ends et rester au contact. La mêlée a failli nous coûter le match, on a essayé le coaching pour densifier la deuxième ligne. »

Daniel Ikpefan (Ailier) : « C’est un bon dimanche, on savait qu’il fallait la victoire, il y a une course entre 4 équipes en bas de classement. Le mot d’ordre c’est violence jusqu’à la fin de saison, on espère que ça continuera. On a une bonne cohésion, on marche tous dans le même sens et ça paye. On a un jeu qui est bien pour les ailiers. L’attaque est en place maintenant, on travaille notre défense, on s’est resserré. »  

Détails des points

Oyonnax 33-27 Paris (Mi-temps 28-17)

Raynaud (Debaty 58’), MacDonald, Mirtskhulava (Laclayat 64’) – Battye (Sykes 58’), Ursache © – Elliot, Browning (Laclayat 41’-51’ puis Sobela 55’), Taieb (Njewel 71’) – Hall, Botica – Ikpefan, Seuteni, Lasmarrigues (Inman 65’), Codjo – Etienne

4 Essais (Ikpefan 26’, 42’, Elliot 34’, Botica 37’)

2 Transformations (Botica 34’, 38’)

3 Pénalités (Botica 5’, 10’, 15’)

1 Carton Jaune (Mirtskhulava 40’)

Van Der Merwe, Sempéré (Panis 30’), Alo-Emile (Herrera 65’) – Gabrillagues, Flanquart (De Giovanni 78’) – Alberts (Pyle 67’), Parisse, Macalou – Daguin (Bouhraoua), Plisson (Steyn 58’) – O’Connor, Danty, Nayacalevu, Arias – Ensor

4 Essais (Alberts 18’, Pénalité 40+2’, Arias 52’, O’Connor 63’)

2 Transformations (Plisson 19’, Pénalité 42’)

1 Pénalité (Plisson 7’)

1 Carton Jaune (Plisson 33’)