L’arrière de l’Aviron Bayonnais Julien Tisseron évoque le match de barrages remporté face à Nevers, la demi-finale à Oyonnax et l’état d’esprit des siens avant cette rencontre. 

Crédit photo : Aviron Bayonnais

Vous êtes venus à bout de Nevers, on aurait pu croire que le carton rouge reçu très tôt dans la rencontre par les nivernais vous aurait facilité la tâche, c’est tout le contraire qui s’est produit  

On a quand même pris un avantage au score. Ce qui est frustrant c’est que l’on a réussi à se faire peur dans les cinq dernières minutes quand ils sont revenus à moins d’un essai transformé de nous.

Est-ce que tu penses que de les savoir à 14 même sans le vouloir il y a un peu de relâchement ?

Prendre un avantage conséquent plus un avantage numérique peut-être qu’inconsciemment on s’est relâché, je ne sais pas si c’est mentalement ou physiquement. Nevers avait un gros banc, ils nous ont fait mal avec leur puissance physique. L’essentiel est fait mais on aurait pu faire une fin de match un peu plus agréable. 

Vous avez reçu deux cartons jaunes, chose relativement inhabituel puisque vous êtes l’équipe la plus disciplinée de ProD2, est-ce que l’enjeu a pris le dessus ?  

Oui deux cartons jaunes dont un qui a apporté un carton rouge à l’adversaire. On essaye tout le temps d’être le plus discipliné possible, surtout pendant ces phases finales, la discipline est primordiale. Si on veut espérer être devant au score il faut faire le moins de fautes possibles. C’est un peu inhabituel mais Nevers nous a poussé à la faute et ça fait partie du jeu. 

La rencontre de samedi sera la troisième entre les deux équipes cette saison, est-ce qu’en phases finales tout est remis à zéro ? 

Les deux premières rencontres ont été plutôt équilibrées. On a fini troisième, on a fait ce qu’il fallait pour justifier cette position. On est une jeune équipe, on se déplace à Oyonnax qui a une équipe expérimentée avec des joueurs de Top 14. On est impressionné par cette équipe et le volume de jeu qu’elle propose. Oyonnax est favori, pour nous c’est du bonus maintenant après cette victoire en barrages à domicile où l’on avait la pression.

Votre adversaire a bénéficié d’une semaine de récupération supplémentaire est-ce qu’à ce stade de la compétition c’est un point important ? 

Oui, on s’était déplacé à Brive pour tenter d’aller chercher la deuxième place qui est un réel avantage. On arrive au bout d’un championnat marathon, Oyonnax a bénéficié d’une semaine de préparation en plus que nous. On redoute leur fraîcheur et leur puissance qui peuvent nous mettre à mal mais on va s’accrocher jusqu’au bout.

On sait que les matchs de phases finales se jouent souvent sur des détails comme ça a pu être le cas quand vous vous êtes rencontrés cette saison, quels seront les points clés de la rencontre ? 

Dans ces phases finales ce sera essentiellement la discipline et la défense. Chaque équipe va essayer d’être la plus performante dans ces secteurs-là. Ils ont une très bonne conquête, un très bon buteur, il n’y a pas trop de failles dans cette équipe. On va essayer de les faire déjouer. 

On parle beaucoup de la formation bayonnaise et de la présence de jeunes joueurs dans l’effectif depuis quelques saisons. Tu as été formé au club et tu fais partie des joueurs cadres comment est-ce que tu as vécu cette saison après la déception de ne pas vous qualifier la saison dernière ? 

Ce sont deux saisons différentes, cette année il y a eu l’arrivée d’un nouveau staff. On a plutôt accroché à cette nouvelle mentalité et cette nouvelle méthode de travail. Yannick Bru a voulu intégrer quelques jeunes, certains ont répondu présent. C’est sympa pour nous tous, on jouait ensemble en Espoirs et c’est extraordinaire de jouer une demi-finale de ProD2 tous ensemble samedi.