Le manager sportif Joe El Abd est revenu sur la défaite en terre biarrote dimanche et la déception qui en a découlé. Il tire un bilan du premier bloc et des points à travailler pour les quatre prochaines journées. 

Joe pour votre déplacement à Biarritz vous aviez décidé de partir sur trois jours, peux-tu nous en parler plus en détail

Nous avions décidé de faire un voyage sur trois jours parce qu’il était long. Nous sommes partis le vendredi matin à 7h00 et nous nous sommes arrêtés aux Halles de Narbonne où nous avons mangé « Chez Bébelle ». C’est d’ailleurs ce restaurant qui nous a donné l’inspiration de « La Table des Oyomen », nous avons trouvé intéressant pour le projet de nous arrêter là-bas. Nous avons passé la nuit à Toulouse et y avons fait notre mise en place samedi matin. Nous avons dormi à Bayonne, la préparation du match s’est bien passée et a été très positive pour la cohésion du groupe.

Quelle est ton analyse de la rencontre à Biarritz ?

Nous avons maitrisé la rencontre en première mi-temps même si nous avons reçu deux cartons jaunes qui nous ont mis en grande difficulté. Nous devons rapidement nous améliorer sur la discipline et particulièrement à l’extérieur. Nous avons bien géré cette infériorité numérique même si nous avons pris un essai. Quand nous avons le ballon nous avons besoin d’être plus enthousiastes et plus tranchants. A la mi-temps il y a 11-9 en faveur de Biarritz en ayant joué à 13 ce n’était pas le pire des scénarios et nous sommes rentrés avec beaucoup d’espoir pour la deuxième mi-temps.

Par contre en deuxième période nous avons été sous pression et nous avons manqué de maitrise dans notre jeu, nous avons fait des erreurs individuelles qui nous ont coûté cher. Nous ne pouvons pas remettre en question l’engagement des joueurs parce qu’en première mi-temps même à 13 nous étions bien en place. En deuxième mi-temps avec la fatigue, la chaleur, la façon de jouer nous sentions que nous étions dans le dur. Il faut que nous gardions cet engagement pendant 80 minutes que ce soit à domicile ou à l’extérieur.

C’est une déception de perdre comme cela à l’extérieur, nous sommes déçus du résultat mais surtout de la performance. Nous n’étions pas fiers de notre deuxième mi-temps, le voyage retour a été encore plus long que prévu.

Quel bilan tires-tu de ces quatre premières rencontres de championnat ?

Nous voulions bien commencer à domicile et nous l’avons fait avec deux très bonnes performances. Après ces deux matchs nous avions dit que nous voulions voir le même état d’esprit à l’extérieur et qu’il ne fallait pas croire que nous étions la meilleure équipe après ces deux résultats.

Nous devons encore travailler sur l’état d’esprit des Oyomen que nous voulons montrer à l’extérieur. Contre Vannes nous avons répondu présents, nous avons manqué certains détails et un peu d’enthousiasme dans notre jeu mais nous avions l’opportunité de l’emporter à la fin.

Pour Biarritz je pense que nous pouvons dire la même chose pour la première mi-temps. Cela n’a pas été le cas en deuxième mi-temps et c’est important que nous continuions à le travailler pendant 80 minutes. Je pense que nous devons oser un peu plus à l’extérieur, à domicile devant notre public nous sommes relâchés et nous devons en faire de même à l’extérieur.

Onze points pour ce premier bloc, c’est le minimum, cela nous donne une base de travail, nous voulons progresser chaque semaine et c’est ce que nous allons essayer de faire pour le prochain bloc.