Le demi de mêlée Jérémy Gondrand nous livre son sentiment sur les dernières rencontres disputées par les Oyomen. Il nous parle du Stade Montois et de l’organisation de la semaine avant la rencontre de dimanche. 

Vous avez conclu le bloc précédent avec un 4/4, quel est le ressenti du point de vue du groupe sur vos performances ? 

Nous sommes très contents, le groupe est satisfait de ces quatre bons résultats, surtout dans la physionomie des matchs et dans la maitrise que nous avons pu afficher. Nous ne nous sommes pas affolés à la maison en étant derrière Perpignan pendant soixante minutes, nous avons réussi à garder notre sang froid. 

Après quelques jours de repos vous avez repris avec un travail axé sur le physique la semaine dernière, comment s’est articulée cette semaine sans match ? 

Nous nous sommes entraînés mardi, mercredi, vendredi et samedi, à base de physique avec et sans ballon. C’était une semaine très dure notamment avec un gros samedi axé sur le physique. Il y eu de la bonne humeur, nous avons joué au foot et fait d’autres sports, nous avons mélangé le travail et nous nous sommes fait plaisir. Nous sommes prêts pour aborder ce dernier bloc de trois matchs.

Cette semaine off, est-ce qu’elle arrive au mauvais moment parce qu’elle coupe la dynamique ou au contraire elle permet de se régénérer ? 

Cela fait du bien de se régénérer, de rentrer des joueurs qui étaient blessés. Il y a les retours de Gaby Lovobalavu, Lionel Beauxis, Thibault Lassalle, nous serons bientôt presque au complet. C’est très positif, il y aura tout le monde sur le pont. 

Vous accueillez le Stade Montois dimanche après-midi à Mathon, comment est-ce que vous gérez l’attente de la semaine jusqu’au match ? 

Elle est un peu longue, aujourd’hui (mardi) il y a eu une grosse volonté des joueurs de mettre de la vitesse pendant l’entraînement. Après une semaine sans match et deux jours et demi off, nous sommes frais et nous avons envie de jouer au rugby. Nous allons monter crescendo, demain (mercredi) nous avons une grosse séance. Cette semaine sera, peut-être, la plus dure à préparer car nous avons eu quinze jours pour préparer ce match. Ensuite nous rejouons le vendredi puis le jeudi de la semaine suivante, ça ira très vite et ce sera plus basé sur la récupération. 

Le Stade Montois a connu un début de saison compliqué mais a signé trois victoires sur le dernier bloc, que penses-tu de cette équipe ? 

C’est une équipe habituée à la Pro D2, ces dix dernières années elle a dû se qualifier sept ou huit fois dans les dix premiers. Elle est très costaud devant, avec beaucoup de physique, derrière ils ont des joueurs qui ont des cannes, c’est une équipe complète de Pro D2. Une équipe qui va venir sans pression, comme beaucoup à Mathon, il va falloir être très sérieux pour réaliser une bonne performance. 

Quelles seront les clés de cette rencontre ?  

Arriver à contrer leur densité physique devant, ils ralentissent beaucoup les ballons, ils contestent beaucoup les rucks donc il faudra mettre de la vitesse, être clinique sur les zones de ruck. Ce que nous avons eu du mal à faire sur le bloc, nous avons eu de la maitrise, mais avons eu du mal à mettre de la vitesse pour faire des enchaînements. Nous allons nous appliquer là-dessus pour la rencontre de dimanche.