Le Président Thierry Emin nous dresse un bilan des dernières prestations de l’équipe, des prolongations et de la satisfaction de la troisième place obtenue par le centre de formation pour la saison 2018/2019. 

Nous vous avions quitté en fin d’année dernière sur un bilan sportif positif, vous étiez très enthousiaste, dans quel état d’esprit êtes-vous après ce cinquième bloc ?

Je suis dans un état d’esprit mitigé par rapport à notre performance et aux objectifs que nous nous étions fixés en début de saison. J’avais parlé de travail et de plaisir, pour le travail je n’ai pas de doute là-dessus, en ce qui concerne le plaisir, je ne le trouve pas au niveau de ce que nous avions vu pendant la première partie de saison. D’autant plus que nous avions montré avec notre série de sept victoires consécutives que nous étions capables de faire beaucoup mieux.

Quels sont les aspects qui vous déçoivent ?

Nous avons une série de matchs à l’extérieur qui, pour moi, reste une vraie déception. Sur les quatre derniers matchs, le seul où nous pouvons ressortir avec les honneurs c’est à Grenoble. Pour les trois autres déplacements, nous ne sommes pas au niveau auquel nous devons être pour prétendre jouer les premiers rôles de ce championnat.

La preuve en est, nous sommes quatrièmes à la fin de ce bloc, c’est une déception pour moi. Certes nous ne sommes pas loin des premières places mais nous n’avons pas engrangé les points que nous aurions dû sur, au moins, trois des quatre déplacements. Cela montre, peut-être, que nous avons une certaine suffisance et que nous ne nous retroussons pas suffisamment les manches sur des matchs où il faut que notre engament soit supérieur.

J’appelle à une mobilisation des joueurs pour les matchs à venir, qu’ils nous montrent qu’ils sont au niveau auquel nous les attendons. Nous avons un bloc qui s’annonce très important avec trois réceptions, et un déplacement chez, peut-être, le futur leader du championnat, Colomiers.

Il y a tout de même du positif du côté sportif avec les nombreuses prolongations en fin d’année, il y a de la continuité dans le projet

C’est ce que nous souhaitons, nous sommes satisfaits d’avoir prolongé Rory Grice, Théo Millet, Irakli Mirtskhulava, Joffrey Michel, Bilel Taieb, Aurélien Callandret et Manny Edmonds.

Il y a des discussions en cours, si les joueurs mettent autant d’acharnement sur le terrain qu’ils ne le font dans la renégociation de leur contrat, on peut viser haut, mais il ne faut pas que l’on se prenne pour d’autres et qu’on reste les pieds sur terre. Je suis persuadé que ce groupe a de la valeur, mais il faut aussi de l’humilité.

Qu’avez-vous pensé de l’ambiance dans le stade ces dernières semaines ?

Pour les aspects concernant le stade, l’ambiance et l’organisation je suis satisfait même si nous pourrions attendre encore plus de spectateurs et de supporters. Les conditions et les planifications de matchs ne nous arrangent pas. La réception de Biarritz le jeudi soir a été notre plus faible affluence de la saison, mais c’était peut-être le match où nous avons eu la plus belle ambiance. Les supporters présents sont à fond derrière l’équipe et c’est une vraie satisfaction.

A l’occasion de la réception de Rouen, vendredi 14 février, nous accueillerons, en partenariat avec la direction académique des services de l’éducation nationale de l’Ain, les collégiens et lycéens de la ville et ses alentours.

La bonne nouvelle de ce début d’année c’est la troisième place de Pro D2 obtenue par le centre de formation d’Oyonnax Rugby pour la saison 2018/2019 

C’est une vraie récompense pour le club, l’association et le travail qui est fait. Je suis heureux pour eux parce que c’est notre meilleur classement, il faut que nous poursuivions dans cette dynamique pour la saison 2019/2020. Il y a le sportif mais également tout ce qu’il y a autour avec la formation et le scolaire. La décision que nous avons prise il y a sept ans de créer une école privée porte ses fruits et les résultats scolaires sont très bons. Je tiens à féliciter Sylvain Terraz, directeur du centre de formation et Kamel Haga, directeur des études, qui voient leur travail récompensé par cette place sur le podium de Pro D2.