Le pilier Benoît Zanon, titulaire à onze reprises au sein du pack montalbanais cette saison, revient sur la déception après la rencontre perdue à Angoulême et dresse un bilan sans concession du début de saison.

Vendredi à Angoulême, vous avez connu une deuxième défaite en deux déplacements, quelle analyse en avez-vous tiré ? 

Nous avions pris un point de bonus encourageant à Biarritz. A Angoulême nous ne sommes pas loin au score, en seconde mi-temps on s’écroule et ils finissent par prendre le point du bonus offensif. Ils se sont nourris de nos erreurs, nous n’avons pas eu le rendement habituel en touche, malgré tout, la mêlée a été bonne et ça a compensé. Nous sommes sous pression, dans le doute, il va falloir se ressaisir. 

Comment expliquez-vous la différence de comportement par rapport à votre bon déplacement à Biarritz la semaine précédente ? 

C’est compliqué parce que nous faisons de belles choses et derrière il y a ces erreurs individuelles qui font que nous perdons les matchs et que nous ne ramenons pas beaucoup de points à l’extérieur. 

Il vous manque peut-être de la constance, vous aviez réussi à casser votre série de défaites avec votre victoire domicile face à Valence pour la reprise, malheureusement vous n’avez pas pu capitaliser dessus 

Nous débutons bien l’année avec un concurrent direct au maintien, il ne faut pas se le cacher, cette saison nous jouons le maintien. Nous avons fait une bonne partie, nous obtenons le bonus offensif, nous avons été bons dans tous les secteurs, ce qui fait le résultat à la fin du match. Nous étions reboostés après cette victoire, le point de bonus défensif à Biarritz était encourageant, mais nous faisons trop d’erreurs contre Angoulême, nous nous remettons le doute.

Quel bilan avez-vous tiré de cette première partie de championnat ? 

Le bilan est très mitigé, nous sommes plus proches du bas de tableau que du haut. Nous avons perdu trois fois à domicile, ce sont des matchs que nous maitrisons en première mi-temps et que nous perdons en seconde période. Le pire reste la rencontre contre Carcassonne, où nous menons 20 à 9 à la mi-temps et perdons 24-20, c’est très frustrant.

Vendredi vous recevez Oyonnax qui se déplacera avec des ambitions, dans quel état d’esprit êtes-vous ?  

Il faut que nous obtenions le maintien le plus tôt possible. Nous jouons contre un des leaders de la Pro D2, nous sommes en bas. Pour gommer la différence au classement il faudra mettre de l’envie à 200%, de l’engagement et ne pas reproduire les erreurs individuelles pour espérer remporter le match. C’est l’équipe qui aura le plus d’envie qui l’emportera.