Le troisième ligne et capitaine de Colomiers Aurélien Beco est revenu sur le succès des siens juste avant la trêve, la rencontre à Oyonnax et les conditions météorologiques. 

Juste avant la trêve vous avez signé un succès important face à Brive dans la course au maintien  

Oui il était capital de l’emporter, c’est chose faite. Les équipes qui luttent avec nous pour le maintien gagnent de leur côté, on récupère des points. Il était important de l’emporter pour ne pas se faire distancer. Après on est toujours dans la même position, dans cette deuxième partie de saison à nous de grappiller tous les points qui se présenteront. 

Au-delà de l’aspect comptable vous avez surtout regoûté à la victoire après un mois et demi de disette 

C’est toujours mieux de travailler dans la victoire, de retrouver des sourires à l’entraînement. Dans le vestiaire après le match ce sont des moments que l’on avait plus le souvenir de goûter. C’est plaisant mais ça ne change rien sur notre situation, on est lucide sur le challenge qui nous attend. 

Dans quel état d’esprit est le groupe après la trêve et avant d’aborder la deuxième partie de championnat ? 

On sait le défi qui nous attend sur cette deuxième partie de saison. Avoir gagné avant quinze jours de vacances c’est toujours bien pour les têtes. J’espère que le groupe s’est bien reposé et qu’il va être focalisé sur cette deuxième partie de saison pour pouvoir enclencher une dynamique positive pour se sortir de cette situation. 

Comment est-ce que vous abordez cette rencontre à Oyonnax ? 

On va essayer de jouer notre rugby, de mettre en place les choses que l’on essaye de travailler depuis deux, trois semaines, même s’il y a eu la trêve de Noël entre temps. Il faudra essayer d’être sérieux, à la vue de notre situation respecter tous les adversaires et essayer d’être pragmatique pour pouvoir ramener des points. Il faudra être consistant dans notre rugby pour pouvoir espérer quelque chose mais on sait très bien qu’il y a une classe d’écart entre nous deux actuellement. C’est un match de rugby et tout peut arriver. 

Quels seront selon toi les points clés de cette rencontre ? 

Il va falloir répondre à leur dimension physique parce que c’est une équipe qui propose énormément de jeu, on avait pu le voir au match aller, ils nous avaient coiffé à la dernière minute sur un mouvement de 80 mètres. Il faudra être précis sur nos lancements quand on aura le ballon et contrarier leurs velléités offensives parce que l’on sait qu’ils s’appuient énormément dessus.  

Est-ce qu’il y aura une revanche à prendre vue la physionomie du match aller ?

Si on parle de revanche on devrait en avoir sur tous les matchs du début de saison puisque l’on n’a pas toujours fait ce qui était nécessaire. Ce match là nous a fait énormément de mal à la tête pour la suite du championnat. Revanche ce n’est pas le mot approprié, on va l’aborder comme un match de rugby qui est capital dans notre quête du maintien. On va essayer d’être sérieux et on espère que l’on aura un peu de réussite pour éventuellement ramener quelque chose de là-bas.

La neige est arrivée à Oyonnax, même s’il n’y en aura pas forcément vendredi, il y aura le froid, à quel type de match est-ce que tu t’attends ? 

On n’a pas forcément l’habitude de jouer sur un terrain synthétique même si on a eu quelques fois l’occasion de s’entraîner sur cette surface. Ce sera malgré tout un match engagé, les conditions on le savait même sans tenir compte des aléas de la météo. Il faudra prendre en compte les éléments, on sait qu’on est en plein cœur de l’hiver, il faut s’adapter à la météo pour pouvoir jouer un rugby différent. Il faudra suivre le fil rouge qui nous conduit depuis plusieurs semaines et tenir compte du fait que l’on soit en plein mois de janvier un vendredi soir à 20h00.